Professionnel de santé ?

L’huile de colza

L’huile qui se sent bien dans mon assiette

Salade de papaye et de crevettes, papillotes de poulet, tartare de poisson, cake banane chocolat, … Autant de petits plats dans lesquels l’huile de colza met aujourd’hui son « grain de sel »… Pour le plus grand bonheur de celles et ceux qui aiment se faire plaisir en mangeant bon et sain.

Longtemps cantonnée comme huile d’assaisonnement, elle se cuisine désormais… « à toutes les sauces » !
De l’entrée au dessert, du salé au sucré, de la préparation froide au plat chaud. Son goût neutre est idéal pour garder la saveur des aliments, et ses qualités nutritionnelles en font une alliée précieuse grâce aux oméga 3(1) qu’elle contient.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Raffinée ou pressée à froid
On trouve dans le commerce deux types d’huile de colza. L’une raffinée (généralement présentée en rayon dans une
bouteille plastique) de couleur jaune pâle et de goût assez neutre. L’autre, issue de graines pressées à froid, de couleur plus foncée et au goût plus prononcé ; celle-ci est souvent bio. Elle est également souvent plus riche en nutriments, mais aussi plus fragile à la lumière et la chaleur (et donc proposée le plus souvent dans une bouteille opaque) et se conserve moins longtemps.

(1)  : Les oméga 3 (ALA) contribuent à maintenir un taux normal de cholestérol pour une consommation journalière de 2 g, dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée.

L’huile de colza, ses nutriments et leurs bienfaits

Les acides gras dits « essentiels », comme les oméga 3 (ALA), contribuent au bon fonctionnement cardio-vasculaire.
Seulement voilà… Notre corps ne sait malheureusement pas les fabriquer. C’est donc à travers notre alimentation que nous devons répondre à ce besoin. L’huile de colza contribue à l’apport journalier en oméga 3 qui aident à maintenir un taux normal de cholestérol pour une consommation journalière de 2g d’ALA, dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée.
Mais ce n’est pas tout. L’huile de colza contient aussi de la vitamine E, un antioxydant qui contribue à la protection des cellules du stress oxydatif.

LE SAVIEZ-VOUS ?
Un ingrédient qui fait recette
L’agro-alimentaire, elle aussi, a été séduite par les atouts nutritionnels et les bienfaits des nutriments de l’huile de colza. C’est pourquoi, aujourd’hui, celle-ci entre dans la composition de nombreux produits alimentaires. Des margarines, bien sûr, mais aussi des biscuits, du pain de mie, des sauces ou encore des plats cuisinés.

Le colza, utilisé aussi pour les animaux
Brassica Napus… Tel est le nom scientifique du colza. Une plante qui appartient à la famille des Brassicacées (anciennement appelées « Crucifères »). Comme le chou, le brocoli, le navet ou encore le rutabaga ! Ses graines, une fois pressées, donnent naissance à une partie liquide, l’huile, et à une partie solide qu’on appelle le « tourteau ». Celui-ci s’avère être particulièrement riche en protéines et occupe une place de choix dans l’alimentation des animaux d’élevage (bovins, volailles, etc.).

Un joli butin pour les abeilles
Savez-vous ce qu’est une plante mellifère ? Tout simplement une plante dont les fleurs contiennent du nectar et du pollen en grande quantité et qui attire donc les insectes butineurs. Eh bien, sachez que le colza est l’une d’entre elles. Voilà pourquoi elle est prisée des abeilles. Le miel de colza (appelé aussi « miel de printemps ») se distingue par sa finesse et sa richesse en glucose. Il est d’ailleurs très apprécié des sportifs pour son côté énergisant.

Secrets de fabrication

Si le colza se sème à la fin de l’été, c’est en juillet qu’il se moissonne. Mais pour devenir l’huile que l’on retrouvera dans notre assiette, il va devoir subir quelques transformations…

LE TAMISAGE
La première étape consiste à enlever toutes les petites impuretés qu’il peut y avoir dans les graines récoltées comme de la paille ou encore des résidus de terre…
LA TRITURATION
Les graines sont ensuite chauffées pour être ramollies puis pressées mécaniquement à l’aide d’une vis sans fin. Ce pressage permet d’extraire une bonne partie de l’huile des graines de colza.
Le pressage n’étant pas suffisant pour extraire l’intégralité de l’huile des graines, la partie solide, aussi appelée gâteau de pressage, subit ensuite une étape d’extraction.
Il faut savoir qu’une graine contient environ 40% d’huile et 60% d’une matière solide que l’on appelle le tourteau (utilisé pour l’alimentation animale).
LE RAFFINAGE
Cette huile ainsi obtenue est dite « huile brute ». Elle va alors être raffinée pour rendre son goût et son odeur plus neutres ainsi que pour lui donner une couleur homogène et permettre une conservation plus longue. Laissée au repos dans des cuves, l’huile sera alors décantée afin d’en éliminer les dernières impuretés.

Production et consommation en Europe

La consommation mondiale d’huile de colza a été multipliée par 2 en 20 ans (source : Oilword), faisant d’elle la 3ieme huile la plus consommée au monde avec 24 à 25 millions de tonnes par an… Mieux, l’Union européenne est, avec la Chine, la zone où l’on consomme le plus d’huile de colza (10 millions de tonnes environ, soit 30% des huiles végétales consommées au total en Europe).
Côté production, l’Europe se place également en 1re position de la trituration de la graine de colza et de la production d’huile avec 10 millions de tonnes d’huile de colza par an.

Il était une fois le colza

L’histoire du colza remonte à l’Antiquité où l’on cultivait déjà cette plante, notamment en Chine, pour en extraire de l’huile afin de s’éclairer. Elle aurait ensuite été introduite en Europe entre le XIIIe et le XVIIe siècle.
C’est à la fin du mois d’avril qu’à lieu la floraison du colza. Les champs prennent alors la couleur du soleil grâce à ses nombreuses petites fleurs jaunes. Leur corolle est composée de 4 pétales disposés en forme de croix (signe distinctif des plantes de la famille des « brassicacées », anciennement crucifères). Grâce au travail de butinage des abeilles, mais aussi au vent, le pollen va féconder les ovules des fleurs. Celles-ci vont se transformer en de fines gousses (siliques) qui contiennent de 15 à 30 petites graines noires sphériques. Ne reste plus, alors, qu’à les récolter.

L’Europe, terre de colza

Cultivé sur tous les continents, le colza est la deuxième graine oléagineuse la plus produite dans le monde, derrière le soja (Source : Oilword). L’Europe se place au premier rang mondial de la production de colza avec 20 millions de tonnes par an, exæquo avec le Canada, et au sein de l’Union européenne, la France est le premier pays producteur avec 5 millions de tonnes, devant l’Allemagne et la Pologne.

BON A SAVOIR
Le colza est une ressource renouvelable et biodégradable. A partir de l’huile brute, il est également possible de fabriquer du biocarburant ! On fabrique également de la glycérine brute, que l’on retrouve dans de nombreux produits du quotidien comme les cosmétiques, les dentifrices mais aussi dans les peintures, les encres, etc.